Chronique album • L.E.J : « Poupées Russes »

Lucie, Élisa et Juliette présentent leur premier album !


Présentation ⇒ En 2015, Lucie, Élisa et Juliette, plus connues sous le nom de L.E.J, rencontrent un véritable succès interplanétaire avec un mashup sobrement baptisé « Summer 2015 » qui leur vaudra des articles dans la presse à travers le monde pour l’originalité en ayant découlé. Inutile de revenir plus en détail sur le phénomène en soi, nul n’a pu passer à côté. Par la suite, les trois demoiselles présentaient à la fin de cette même année un premier disque en préambule à ce qui s’apprête à sortir ce vendredi 8 juin prochain. « En Attendant L’Album » compilait bon nombre de reprises des filles ainsi qu’une première composition originale, « La Dalle ».

Une mixtape et quelques petits EP pour nous faire patienter plus tard, les L.E.J sont donc de retour avec douze nouvelles chansons pour un premier album nommé « Poupées Russes » porté par les singles déjà incontournables « La Nuit » et « Acrobates ». Nous avons eu la chance de découvrir en avant-première ce nouveau projet que nous avons pris soin de vous décortiquer afin que vous sachiez à quoi vous attendre d’ici quelques jours !



Un reflet sociétaire remarquable ! ⇒ « Poupées Russes » s’ouvre par le titre éponyme et relate d’une fusion amicale entre les trois jeunes filles, soudées à jamais, et qui ont décidé de faire grandir leur passion ensemble sans limites. En découle pour les L.E.J ensuite un enchaînement de tableaux qui amènent une perspective de réflexion sur divers traits de personnalité précis qu’elles décryptent selon les onze chansons restantes, amenant par ailleurs un constat d’une génération dans laquelle nous évoluons et ce qui nous anime en tant qu’êtres humains à part entière.

Avec une éloquence inégalable et une habile maîtrise du verbe sans précédent, les L.E.J nous renvoient à prendre du recul sur nous-mêmes en présentant par exemple le temps du morceau « Acrobates » le fait que nous puissions être confrontés à des dilemmes laissant confus et inconfortablement déstabilisés. Sur un titre comme « Par Ego » partagé avec le rappeur Sofiane (ndlr: seul featuring du disque), les filles pointent du doigt cette fâcheuse tendance que l’humain rencontre à vouloir se positionner au-dessus de tout et à flatter sa propre image, ne se souciant guère de son entourage. Un titre comme « Miss Monde » va par ailleurs essayer de comprendre les codes qui ont choisi de définir la société telle qu’elle est aujourd’hui et révéler un épuisement quant à ces décisions, établies avec des réflexions souvent tronquées et injustifiables, donnant l’envie de tout plaquer au profit d’un quotidien plus tranquille et moins stressant à souhait.

« Le Buzz » par exemple, quant à lui, concerne l’importance que nous accordons à ce qui peut faire sensation sans pour autant discerner si le fait ou le phénomène en question est bon ou mauvais, comme si nos esprits étaient confinés et dénués de réflexion, nous orientant par alors vers des tendances éphémères jusqu’à trouver quelque chose d’encore plus attrayant. « Dis Siri » éveille notre conscience quant au fait que nous dépendions malgré nous des nouvelles technologies et notamment des smartphones et réseaux sociaux qui occupent virtuellement notre réalité, allant jusqu’à brouiller nos repères au profit d’un renfermement digital qui nous coupe finalement du monde contrairement au but recherché initialement.



Une réalisation éclatante ! ⇒ C’est simple, les L.E.J ont su se démarquer avec un univers musical propre à elles, qui les rendent immédiatement reconnaissables parmi tant d’autres sur la scène musicale française, et même au-delà. En effet, leur force, les filles la puisent majoritairement grâce à la violoncelliste Juliette qui amène une dimension plus orchestrale à un univers relativement pop, empruntant un panel de sonorités et d’arrangements à la culture urbaine pour un résultat tout à fait convaincant et appréciable.

Par ailleurs, niveau interprétation, Lucie et Élisa assurent une performance envoûtante et dynamique à la fois, réveillant les émotions les plus profondes chez l’auditeur. Un résultat incroyable, pour nous parfaitement coordonné, qui sait procurer un torrent de sensations ainsi qu’une bienséance des plus à saluer. Et quel final que cet « Épilogue » qui vient terminer en apothéose ce « Poupées Russes » qui n’est autre qu’un vrai petit chef d’œuvre hissant la barre très haute. En somme, une bonne petite quarantaine de minutes de pur plaisir !



Le bilan ⇒ « Poupées Russes » signe un grand retour réussi pour les L.E.J. L’attente aura sans nul doute valu la peine car le produit n’est autre qu’un petit joyau brut transpirant d’authenticité, de maturité et d’exemplarité. Sur tous les aspects, l’album est une véritable réussite qui se laisse écouter et réécouter sans modération. Un pari réussi, un essai transformé, c’est tout ce que nous avons à dire sur ce premier album qui s’installe parmi les indispensables de cette année à mettre d’urgence dans votre playlist dès la sortie. Nous sommes plus que conquis, félicitations Lucie, Élisa et Juliette !



💿 Pré-commandez « Poupées Russes » en cliquant ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *