Lucky Love déconstruit la masculinité dans son nouveau clip !

lucky love clip masculinity

Le jeune talent pointe du doigt le patriarcat et rend compte de ses travers en musique !


• Redéfinir la masculinité et ce qu’elle implique ! ⇒ Lucky Love continue de préparer aisément le terrain en l’attente de son premier album attendu d’ici la fin de l’année. Quelques semaines après avoir publié l’hymne à l’amour pour toutes et tous « Love », au visuel injustement censuré par YouTube sous prétexte de « pornographie », le jeune homme a choisi de rempiler. Ainsi, il choisit de nous servir désormais l’un des titres les plus marquants de son répertoire, sans nul doute. Pour ce faire, nous avons affaire à l’assez sombre dans son orchestration « Masculinity » cette fois-ci, produit par Jérémy Châtelain, Paco Del Rosso, Ö et Samuel Hookey.

Un nouveau single fort où l’artiste prend un malin plaisir à déconstruire ce qu’est la masculinité. Ce afin d’en condamner les quelques aberrations qui se devraient d’être corrigées. Encore plus en ces temps-ci ! Car « Masculinity », c’est l’œuvre d’expression brute où Lucky Love se joue donc des codes qui définissent prétendument la masculinité, tout bonnement. De fait, il soulève une sélection de points judicieusement importants qui lui permettent de redistribuer les cartes quant au fait de rendre compte de ce qui répond aux caractéristiques de l’homme, ou non. Par la présente, l’interprète de « Paradise » s’en prend de surcroît au patriarcat et à sa toxicité, et témoigne de l’indissociable féminité aussi nécessaire que complémentaire.

Dans le prolongement musical, Lucky Love appuie son propos à l’aide d’un visuel on ne peut plus cinématographique. Celui-ci, à la réalisation confiée à Jordan Cardoso, met en avant ces contrastes au gré de la danse. Ici, il est question de laisser l’art et l’expression corporelle pour cinq jeunes hommes dont rien ne vient ternir la virilité, bien au contraire ! Regardez !



Listen on Apple Music

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

LES DERNIÈRES INTERVIEWS