Ogee nous offre « Spectre », un premier album éclectique

ogee spectre album release

La jeune Ogee n’hésite pas à se livrer dans « Spectre », son premier album


Un beau chemin qui se poursuit ⇒ Il y a quelques semaines, Ogee sortait le clip du malicieux « Tout c’que j’veux ». Une vidéo bien accueillie par ses fans, qui contenait une grande nouvelle pour l’artiste : la date de sortie de son tout premier album studio « Spectre » ! Et si la jeune femme avait auparavant toujours chanté ses propres textes, cet opus contient également les mots des autres… Une expérience novatrice pour la chanteuse, qui se révèle être un pari réussi tant le projet correspond bien à Ogee. C’est parti pour une écoute pleine de surprises !



L’album s’ouvre avec « Sors de ma tête », un titre puissant doté de high notes à la Ariana Grande, qui annonce la couleur. Eh oui, du haut de ses 18 ans, Ogee est décidée à marquer les esprits avec ce premier opus. Puis, nous découvrons « Je ne te laisserai pas les voir » et sa mélodie portée par un piano délicat et la voix pleine de l’artiste. Un constat se fait rapidement : la jeune femme n’hésite pas à puiser dans ses blessures personnelles pour créer des chansons touchantes et sincères. Une mise à nu honnête qui sert favorablement sa musique. Il est ensuite temps d’apprécier le single « Tout c’que j’veux » et son ambiance plus sombre. Comme une corde supplémentaire dans l’arc de la jeune Ogee ! Ecrite par Victoria Sio, la chanson met parfaitement en avant le timbre assuré et la sensualité naturelle de l’artiste.

Et comme elle n’aime pas qu’on la range dans une case, la jeune femme ne s’impose pas de limites et n’hésite pas à venir piocher ce qu’elle l’aime dans la pop nord-américaine, la variété ainsi que d’autres influences variées. C’est ainsi que l’on découvre « Plus fort », un morceau upbeat à l’aspect presque eighties dans l’instrumentale, suivi de « J’ai encore rêvé de toi » et son refrain tout en douceur. De quoi très bien illustrer la polyvalence d’Ogee !

Vient ensuite LA séquence émotions de l’album : « Maman ». Un titre écrit avec le cœur et toute la tendresse qu’une fille peut ressentir envers la femme qui lui a donné la vie : « c’est une chanson sur ma maman, ma meilleure amie, la seule femme de ma vie à jamais ». Résultat : une vidéo touchante à souhait, dans laquelle la principale concernée écoute pour la première fois les mots chargés d’amour et d’admiration de son enfant.



Ensuite, nous écoutons « Une dernière fois » qui fait beaucoup penser à « Enough for You » d’Olivia Rodrigo, tant par la guitare acoustique en fond que par le phrasé chargé en émotions. Un texte poignant suivi par un morceau très différent : « Quand tu me mens ». Dans ce dernier, nous retrouvons de manière assez inattendue un premier couplet presque parlé ainsi qu’un rythme marqué et un solo de guitare électrique. Menaçantes, les paroles donnent quant à elles au morceau un aspect Halloweenesque. On sent qu’Ogee s’est amusée sur ce titre et ça, on aime !

Après cela, nous enchaînons avec « La favorite », une chanson et un clip déjà très appréciés par le public de la chanteuse, qui cumulent plus de 2,5 millions de vues sur YouTube. Percutant et doté d’inspirations rock, le morceau est une preuve supplémentaire du grand potentiel de la jeune femme. L’écoute se poursuit avec « Sans retour » et « Amour d’été », deux titres bien plus doux que le précédent. Si le premier possède un côté aérien bien qu’abordant un thème douloureux, le second est davantage solaire et léger, même si teinté de nostalgie.

Vient ensuite « Toxique », dont le clip est sorti il y a maintenant quatre mois, puis « Amour charnel » et son refrain en anglais. Comme une surprise à la fin de l’opus, glissée par Ogee qui a longtemps hésité entre la langue de Molière et celle de Shakespeare. Mélanger un peu les deux de temps en temps, c’est plutôt cool au final non ? Pour finir, « Valse de printemps » clôture le projet avec sobriété et maturité. Un morceau puissant bien placé pour marquer les esprits de plus belle.

Mêlant vulnérabilité et détermination, Ogee nous offre ainsi un premier album riche, nuancé, aux productions très propres. La jeune femme n’a maintenant qu’une envie : défendre cet opus sur scène lors d’une tournée !



Listen on Apple Music

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

LES DERNIÈRES INTERVIEWS