Victoria Sio observe le monde avec lucidité dans son EP « Tout est bon là »

victoria sio tout est bon là ep release

« Tout est bon là » : un premier EP solo à écouter sans modération !


Quand la variété française rencontre des sonorités électro, les productions du grand Mosimann et le timbre puissant de Victoria Sio, cela donne « Tout est bon là ». Composé de six morceaux dont une version acoustique du single « FMLP », il s’agit là du tout nouvel EP de l’artiste. Une contemplation de notre société en musique, qui ne manquera pas de faire hocher la tête du public Français grâce à des titres criants de vérité. Victoria Sio clame ici haut et fort ce que l’on pense souvent tout bas.

Au début de l’été, lors d’une interview à distance, l’artiste nous annonçait effectivement un EP catchy et assez sanguin. Une déclaration qui sonne aujourd’hui comme une promesse bien tenue ! Abordant des thèmes autobiographiques mais aussi sociaux et actuels, les six chansons retiennent notre attention tout en laissant place à notre propre interprétation. Un pari réussi pour ce projet que Victoria Sio a entièrement construit en indépendant, notamment accompagnée de l’auteure Dobriski et de Mosimann pour la composition et les arrangements.



En ouverture de l’EP, nous retrouvons tout d’abord « FMLP » dont le titre est en fait l’acronyme de “foutez-moi la paix”. Véritable appel à vivre en paix, le morceau donne le ton. Avec ce projet, Victoria Sio compte bien s’exprimer avec sincérité tout en arborant un style bien à elle et en refusant d’être rangée dans une case. En suivant, nous découvrons en effet « Belle à moche« , qui traite quant à lui du harcèlement de rue et plus particulièrement de la violence des propos trop souvent lancés aux femmes lorsqu’elles tentent simplement d’ignorer leurs harceleurs. Un malheureux constat fidèle à la réalité que l’artiste pointe du doigt à travers une mélodie upbeat.  De la même manière que Suzane dans sa chanson « SLT », Victoria Sio dépeint de manière percutante le quotidien de milliers de femmes que l’on réduit à un physique. 

Vient ensuite « Gaïa », un morceau d’une grande valeur sentimentale pour l’interprète qui, tout en rendant hommage à son chien, dénonce les travers de notre monde et de l’Homme. Portée par un beat marqué, une instrumentale très tournée électro et des paroles incisives, la voix puissante de Victoria Sio nous pousse alors à reconnaître les défauts de notre société. De quoi nous donner la volonté de faire bouger les choses ! 

Qualifiée de « chanson hybride » par la chanteuse, « Maux doux » se démarque quant à elle par sa douceur. Un morceau parfait pour les amoureux de la langue française tant allitérations et assonances rythment avec justesse et poésie ses couplets à la limite du parlé et ses refrains venant du cœur. Puis, il est temps d’écouter « Pâle dimanche ». Décrite comme étant certainement la plus autobiographique de son EP, la chanson dévoile, phrase après phrase, des angoisses auxquelles on peut pourtant facilement s’identifier. Un aspect à la fois personnel et universel qu’on ne peut qu’apprécier !



Enfin, le projet se termine par une version acoustique de « FMLP ». Une magnifique session piano voix qui met bien en valeur le timbre chargé d’émotions de l’interprète. Le texte déjà impactant dans la version originale s’écoute ainsi d’une nouvelle façon, comme un doux cri de détresse. De quoi finir en beauté avec la splendide ampleur de la voix de Victoria Siola boucle est ainsi habilement bouclée ! 

Un beau projet doté de textes intelligents et de titres qui restent en tête, que l’artiste viendra défendre pour la première fois sur scène en première partie de l’humoriste Jarry les 26 et 27 octobre à l’Olympia.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *