San-Nom nous parle de « Rien », sa 1ère mixtape !

Tout ce qu’il faut savoir sur le projet fraîchement paru !


Qui est San-Nom ?« Je suis un jeune rappeur de plus puisqu’il y en a déjà beaucoup trop mais pas assez finalement. » C’est par ces quelques mots que le rappeur de Reims, âgé de vingt ans, débute sa présentation. Aussi, ce dernier souligne qu’il exerce sa passion comme « bon lui semble », et explore cette discipline à contrepied des codes traditionnels. « Je ne fais pas les choses comme la plupart des gens les font, je me laisse aller ! » Après avoir proposé un premier EP éponyme l’année dernière, San-Nom revient avec une toute nouvelle mixtape, la vraie cette fois-ci, sur laquelle l’intéressé a pris soin de se livrer à notre équipe.

Anticipée par « Bien Fait Pour Ta Gueule » puis « Barbapapa » et plus récemment « Saucisse », celle-ci a commencé à s’esquisser il y a un moment. En effet, San-Nom nous explique que certaines ébauches le replongent quelques années en arrière. Avant de revenir plus en détail sur ce qui se nomme « Rien », revenons d’abord sur le dernier extrait en lice, et revisitons ensemble son univers.



Les coulisses de « Saucisse » !San-Nom inscrit ici, par le biais d’un titre décalé à souhait au même titre que son clip, une réflexion bien plus pointilleuse lorsque nous prenons bien le temps de lire entre les lignes. D’ailleurs, face à ce morceau en particulier, il nous confie : « Pour le coup, c’est un morceau qui est né récemment. Même s’il est fait avec beaucoup de second degré, j’ai été un peu peiné de constater que tout le monde a pris ce morceau pour une blague. C’est un morceau limite engagé ! Il n’est pas si marrant que ça, il est plus acerbe que drôle ! » En effet, par la présente, le rémois y arbore une réflexion autour d’un certain manque de diversité palpable, conduit notamment par les médias.

Mais qu’en est-il de la naissance de cette initiative ? San-Nom nous raconte que l’un de ses potes lui avait envoyé la prod’ du titre, et l’avait mis au défi d’en faire quelque chose. « À la base, c’est lui, qui a un projet de beatmaker, et qui voulait que je sois dessus. Donc, il me l’a faite écouter puis on a fait le morceau sans grande prétention. Ensuite on l’a envoyé à la maison de disque qui a kiffé ! L’objectif, quand il m’envoie une prod’ comme ça, ce n’est pas de raconter « le soleil des tropiques » et compagnie. Alors j’ai voulu prendre le truc à contrepied et faire un anti-tube. Faire un refrain où je dis « ils font tous de la merde, je vais en faire aussi », ça m’a beaucoup fait rire dans mon lit en tout cas ! »



La variété pour source d’inspiration ! ⇒ Si nous pouvions penser que San-Nom a pu puiser auprès de ses pairs de quoi nourrir son art, encore une fois, l’artiste va à l’encontre des codes. Pour preuve, lors de notre entretien, ce dernier confiait avoir été inspiré par de grands noms de la chanson française. « Ce sont des Renaud, des Brassens qui m’ont le plus inspiré. Même Léo Ferré. Ces artistes ont fait beaucoup de chansons avec des doubles sens, avec plusieurs lectures » nous explique-t-il quant à sa dynamique d’écriture.

Car effectivement, le jeune rappeur nourrit ses écrits d’une richesse absolue de la langue de Molière, qu’il manie avec aisance et en joue de manière tout à fait subtile pour nous sensibiliser ou propulser tout simplement ses idées. Si bien qu’il conscientise l’idée de pouvoir susciter, malgré lui, de vifs débats quant au sens premier de ses réflexions. « Je ne fais jamais les choses en me disant que telle ou telle chose puisse provoquer. Je parle dans la vie comme dans mes morceaux. Après est-ce que c’est vraiment provoquant ? Je ne balance pas une crotte de nez sur quelqu’un en disant “ouais ça va faire réagir” ! »



À quoi s’attendre sur la mixtape ? ⇒ Voici ce que vous devez savoir avant de démarrer la lecture de « Rien ». Attendez-vous déjà à une segmentation en deux parties, nous avertit San-Nom. Si la première moitié se montrera suffisamment décalée et humoristique dans les grandes lignes, la seconde promet une approche aux antipodes, plus mélancolique et sombre. « Je n’ai pas envie que l’on m’enferme dans cette case du rappeur un peu rigolo. Déjà, pour le prochain clip (ndlr : qui accompagnera la parution de la mixtape dans quelques heures) j’avais envie que l’on fasse un western plutôt Clint Eastwood que Lucky Luke. Ensuite, j’aimerais bien en sortir un autre sur la thématique de Benjamin Button. Il faut marquer une cassure ! »

Vous l’aurez compris, San-Nom propose projet complet, qui saura en ravir plus d’un, et qui promet bien des surprises. « Il y aura des titres assez étonnants, je pense, on s’est bien pris la tête. Il n’y a pas deux morceaux qui se ressemblent. Je n’aime pas réutiliser en permanence la même recette. J’ai assez hâte que le projet sorte, et de recevoir vos retours » nous confiait-il lors de notre entretien. Autant vous dire que le pari est amplement réussi !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *