Hayley Williams s’explique sur sa parenthèse en solo !

Les prémisses de l’ère « Petals For Armor » décryptées !


La chanteuse justifie sa démarche ! ⇒ Depuis trois semaines maintenant, Hayley Williams propose pleinement son premier essai solo « Petals For Armor ». Un projet unanimement accueilli par des critiques dithyrambiques aussi bien par les fans que par la profession. Pourtant, certains adeptes de Paramore n’ont pas manqué d’exprimer leurs inquiétudes face à l’avenir du groupe. Des questionnements auxquels l’intéressée a répondu de manière totalement rassurante. Et ce, en évoquant qu’il ne s’agissait là que d’une étape qui se présentait idéalement. Et oui, il est exclu pour la chanteuse de délaisser son équipe. D’ailleurs, elle sait déjà ce qu’il adviendra du successeur de leur dernier essai « After Laughter » paru en 2017.

Mais avant que tous se retrouvent pour y plancher davantage, Hayley Williams s’est récemment entretenue avec le magazine Vogue afin de revenir sur cette décision de divulguer son propre disque. Si d’abord « Petals For Armor » agit tel un besoin thérapeutique pour l’interprète de « Simmer », c’était aussi pour préserver les liens au sein de son collectif. En 2018, lors du tournage du clip « Rose-Colored Boy », la jeune femme s’en remettait alors. à Taylor York. Elle lui demandait de toujours lui dire ce qui lui semblait judicieux et sain par rapport à l’aventure Paramore. « Nous avons traversé assez de merdes comme ça » déplore-t-elle.

« Nous sommes adultes et devons nous concentrer sur nos amitiés » affirme Hayley Williams. « Je savais que je devais honorer l’idée que ce soit le moment que nous nous devions, d’exister individuellement et de ne pas trouver notre identité en Paramore pour une minute. » Aussi, la concernée soulève le fait que bien des femmes dans le milieu avant elle ont procédé ainsi, observé quelques breaks en solo, avant de retrouver leurs compagnons de scène. « Je dois avoir confiance en le groupe qui sait que je ne cherche pas l’herbe plus verte ailleurs » ajoute-t-elle. En conclusion, elle étaye son propos ainsi : « Je vois des mecs comme Julian Casablancas et Thom Yorke sortir plein d’albums et revenir vers leurs groupes constamment. Ils font leurs propres trucs et personne ne pense que ça cannibalise The Strokes ou Radiohead ! » Voilà qui est dit !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *