LIVE

Chronique album • Loïc Nottet : « Selfocracy »

Chronique album • Loïc Nottet : « Selfocracy »

C’est en cette fin de mois de mars que le jeune chanteur belge Loïc Nottet sortait son tout premier album solo « Selfocracy » porté par les singles « Million Eyes » et plus récemment « Mud Blood ». Si le printemps vient tout juste de pointer le bout de son nez, la chaleur musicale dégagée par ce premier album compte bien définir la bande son de cette saison ensoleillée.

Un album lunaire en soi, qui témoigne d’une véritable passion pour la musique pour l’artiste qui nous livre ici douze titres originaux que nous avons pris le temps d’écouter. Que vaut « Selfocracy » ? Décryptage d’un premier album très prometteur !



« Selfocracy » se voit doté d’une entrée en matière d’étonnante d’originalité, nous initiant au cœur d’un film que nous conte Loïc le temps de 45 minutes d’écoute en totale immersion dans l’univers qu’il dépeint à travers ce disque, nous remémorant habilement la manière dont Lady GaGa nous plongeait dans son tout dernier clip par une mise en abîme cette fois-ci visuelle. À contrario, l’ex-candidat de Danse Avec Les Stars émerveille d’entrée et propose à l’auditeur de se faire son propre film en fonction de ce qu’il énonce.

La thématique de cet album, c’est tout simplement cette société dans laquelle nous évoluons et qui fait que chacun privilégie une approche égocentrique du monde. Pour ainsi dire, Loïc Nottet va aller chercher les différentes particularités qui animent l’être humain dans son quotidien et va transposer ses quelques facettes sur douze titres le long d’un fil conducteur majestueusement ficelé, tout en proposant un éclectisme musical mettant en avant les diverses inspirations du chanteur, entre variété, rock, pop, hip-hop et soul.


• Clip « Million Eyes » :


Après plusieurs écoutes, nous nous laissons porter par ce petit bijou musical qui installe un premier album incontournable pour cette année 2017, sur lequel le timbre de voix unique du jeune homme, qu’il maîtrise à la perfection, propose des variations en fonction de la hauteur des mélodies, sans artifice, le tout sous les plus simples prises de voix. Il est également agréable de noter que la direction artistique de l’album se retrouve parfaitement élaborée et dépeint une sensibilité à toute épreuve ainsi qu’une dimension textuelle liée à une force musicale minutieuse.

C’est donc avec un dynamisme louable et une énergie débordante que le belge passe au crible les divers aspects de l’Homme et se positionne en tant qu’acteur au même titre que chacun afin de donner matière à comprendre quant à ce en quoi nous évoluons chaque jour. C’est d’autant plus avec le premier single « Million Eyes » que Loïc Nottet annonce la couleur du reste du projet, généralisant à souhait ce à quoi nous sommes conviés à découvrir sur les onze pistes restantes.



En définitive, c’est une excellente entrée en matière que nous offre ici Loïc Nottet à travers douze compositions étonnantes et toutes contrastées en gardant une ligne conductrice digne d’un récit scénaristique auquel nous nous prêtons d’attention sur la durée intégrale du disque qui se laisse écouter intelligiblement.

Nous saluons le travail accompli par le jeune artiste qui promet une carrière digne de ce nom et qui par la même occasion signe ici un coup de cœur indéniable au sein de la rédaction !