LIVE

Chronique album • Jain : « Zanaka »

Chronique album • Jain : « Zanaka »
Bien que Jain soit française, c’est en anglais qu’elle a décidé d’écrire son premier album « Zanaka ». La jeune femme est une enfant du monde. En effet, elle parcourra un long périple dès sa plus tendre enfance de par la profession de son père l’imposant.
À seulement 23 ans, la chanteuse a vécu au Congo où elle apprendra la programmation musicale, mais aussi à Dubaï et Abou Dabi avant d’arpenter la capitale française dans le but d’intégrer une école préparatoire d’art. De plus, elle aura appris lors de son séjour à Pau la batterie et les percussions arabes au Moyen-Orient.

Jain - 2015 - Zanaka


L’artiste fonde sa musique propre à elle-même grâce à ses influences variées, passant par le hip-hop américain, aussi bien que la soul ou encore les musiques du monde, notamment d’origine africaine.
C’est donc le 6 novembre dernier que naquit le premier opus de Jain, composé de 10 titres originaux, que nous avons écouté pour vous.
Réalisé entre la France et majoritairement l’Afrique, d’où les rythmiques africaines, cet album ni trop long, ni trop court a-t-il un potentiel remarquable pour faire de ce projet un incontournable de cette fin d’année ?
Décryptage d’un univers finement cousu d’une artiste de renom au talent incontestable.

12339268_1693828097565949_5205251126421933244_o


D’emblée, Jain nous immisce dans son petit monde avec le très réussi « Come » qui se veut particulièrement frappant, à la fois par l’originalité du morceau qui imprime le savoir-faire de la chanteuse sur la scène musicale hexagonale.
D’autant plus que l’accompagnement apporté par le clip présente une facette purement portée sur le côté artistique de l’artiste qui rappelle les fondements d’un clip de Stromae de par la mise en scène indéniablement époustouflante, les couleurs éclatantes et l’ingéniosité spirituelle fascinante dégagée par la touche délirante appliquée à une bonne partie des prises de vue.
La suite de l’album se veut tout aussi intuitivement accrocheuse. Nous noterons en effet les titres « Heads Up » ou encore « Hob » comme singles potentiels du projet grâce l’accroche puissante suscitée par la qualité de réalisation répondant à des critères radiophoniques évidents.
Non pas que le reste de l’album se veuille d’une qualité moindre ! En effet, Jain sait manier à merveille ses influences variées entre rythmes africains et sonorités occidentales tout en conjuguant ces atouts à son timbre de voix unique signé via un groove efficace et entraînant.

• Clip « Come » :


Notons également les influences hip-hop de l’enfant du monde à travers le titre « Hope » ficelé à son optimum dans lequel cette dernière prouve encore une fois son talent et sa capacité d’adaptation à tout style musical.
Dans ce premier opus, Jain a également décidé de rendre hommage à Miriam Makeba, chanteuse africaine d’ethno-jazz née à Johannesburg en 1932 et décédée en 2008 dans le morceau sobrement intitulé « Makeba » en guise de mémorial à l’une des artistes qu’elle affectionne car ayant bercé son enfance.
Le mélodieux « So Peaceful » clôture en apothéose ce bouquet de variétés et de sensations mis à disposition de l’auditeur sur ces 10 titres majestueusement réalisés.
En soi, le projet est, nous pouvons l’affirmer, excellent, sait transporter quiconque l’écoutera au-delà des frontières de la musique. Un cadeau de Noël idéal pour les esprits ayant besoin d’évasion !